MARK LOVELY, Directeur artistique adjoint

MARK LOVELY

Directeur artistique adjoint

Combien de vagues faut-il avoir bravées pour surfer au Japon? Lors de mon récent voyage au Japon, j'ai marché vers le sud jusqu'à une petite ville de surf appelée Kamakura. J'ai loué tout mon équipement, j'ai attendu au passage piéton, puis j'ai traversé la rue pour me rendre à l'océan. Un habitant parlant très peu l'anglais m'a dit : « you no walky, Akaei! » Mon japonais étant pire que son anglais, j'ignorais ce qu'il tentait de me dire, mais ça semblait être un avertissement. Après quelques mots japonais massacrés, plusieurs gestes de la main et un dessin sur la portière de sa voiture, j'ai compris que le mot Akaei signifiait RAIE PASTENAGUE. UNE RAIE PASTENAGUE COMME CELLE QUI A TUÉ STEVE IRWIN. Si, sur une échelle de 10, 1 représente l'endroit où j'ai dû affronter le plus grand nombre de vagues terrifiantes, le SURF AU JAPON se mérite sans conteste le numéro 1.